Soulager les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin avec l'Ostéopathie




Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin ( MICI), regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH). Malheureusement souvent méconnues, on estime à 5% le taux de personnes touchées en France.

Ces pathologies ne disposent pas encore de traitement totalement efficace mais les médicaments actuels permettent de limiter les symptômes. De plus, de nos jours les médecines alternatives telles que les cures thermales, l’homéopathie, l’acupuncture ou encore l’ostéopathie permettent d’améliorer le quotidien des patients touchés.


La maladie de Crohn

C'est une pathologie due à une irritation et une inflammation d’une partie du tube digestif. N’importe quelle portion de la bouche à l’anus peut être affectée, le segment terminal de l’intestin grêle ainsi que le côlon demeurant les parties les plus souvent touchées.

Elle apparaît généralement entre 15 et 30 ans, touchant autant d’hommes que de femmes. La France demeure un des pays européen avec l’incidence la plus élevée de cette pathologie avec près de 4000 nouveaux cas détectés par an.


C’est une maladie chronique qui évolue sous forme de poussées, entrecoupées de périodes d’accalmies. Les crises se succèdent de façon imprévisibles, se traduisant par des douleurs abdominales, des diarrhées souvent glaireuse ou sanglantes, et s’accompagnant également parfois d’un amaigrissement et de fatigue.

Sur le long terme, diverses complications peuvent apparaître, telles qu’une obstruction du tube digestif (la sténose), des ulcères de la paroi digestive, une hémorragie ou encore des fistules. Hormis les symptômes digestifs, certaines poussées peuvent s’accompagner de symptomes articulaires, oculaires ou encore cutanées.


La rectocolite hémorragique (RCH)

Comme la maladie de Crohn, la RCH se traduit par une inflammation de la paroi du tube digestif. La différence entre ces deux pathologies réside dans le fait que, pour la RCH, l’atteinte ne va toucher que le rectum et le côlon sans jamais s’étendre aux autres portions du système digestif.

Elle survient généralement chez l’adulte jeune et touche elle aussi les deux sexes de façon égale.

Comme sa cousine Crohn, la RCH évolue sous forme de crises et de rémissions se traduisant par des diarrhées, du sang dans les selles, des douleurs abdominales. La sévérité des symptômes dépendra de l’étendue de l’inflammation.

Causes et traitements des MICI

Leurs origines demeurent encore méconnues, on estime que plusieurs facteurs sont impliqués dans l’apparition de ces maladies :

Des anomalies génétiques récurrentes ont été observées chez certains patients. Des dérégulations du système immunitaire ont été mises en évidence et entraîneraient des perturbations dans les réponses immunitaires responsables de la pérennisation de l’inflammation. Les facteurs environnementaux : les MICI sont plus présentes dans les pays industrialisés, les principaux facteurs soupçonnés sont la pollution et la nutrition. De plus, il s’avére que le tabac favorise et aggrave la maladie de Crohn.

Malheureusement, il n'existe pas actuellement de traitement curatif de ces maladies, mais les médicaments permettent de contrôler la majorité des symptômes et de maintenir un quotidien satisfaisant pour la plupart des patients.


Les personnes atteintes de MICI auront généralement un traitement de fond pour faire perdurer les phases de rémission et un traitement lors des poussées inflammatoires afin de limiter les symptômes (corticoïdes, immunosuppresseurs, antibiotiques).

Au bout de plusieurs années d’évolution, le recours à la chirurgie peut être nécessaire chez certains patients afin de retirer les portions du tube digestif trop atteintes.


Ostéopathie et MICI

Afin d’accompagner les traitements médicamenteux, de plus en plus de patients se tournent vers les médecines alternatives pour soulager leurs symptômes. Des témoignages ont attesté que certaines cures thermales, l’homéopathie, la sophrologie, l’acupuncture ou bien encore l’ostéopathie permettent de soulager les patients en dehors des crises.


Votre ostéopathe vous prendra en charge lors des rémissions, en dehors des poussées inflammatoires. Il effectuera un bilan complet de votre corps et cherchera les diverses dysfonctions que vous pouvez avoir. Dans le cadre des MICI, le praticien portera d’autant plus son attention sur votre système digestif ainsi que sur toutes les structures osseuses et articulaires se trouvant en lien.


Plusieurs éléments importants sont à investiguer principalement :

Le diaphragme : muscle principal de la respiration, il peut limiter la mobilité des organes abdominaux s’il est lui-même en restriction de mobilité, l’intestin grêle, le côlon, l’estomac, le foie, Les lombaires : zones d’insertion du diaphragme et vertèbres en lien avec le côlon, les organes pelviens, les zones d’émergences au niveau cervical des nerfs innervant le diaphragme et les organes abdominaux.

Le rééquilibrage de ces différentes structures peut permettre d’espacer les crises et de diminuer les symptômes lors des poussées afin d’améliorer la qualité de vie des patients. De plus, l’ostéopathie agit sur certains organes de l’immunité et permet ainsi d’aider et de renforcer le système immunitaire afin de lutter contre l’inflammation.


Pathologies trop méconnues du grand public, les MICI touchent pourtant de plus en plus de personnes, notamment dans les pays occidentaux, surtout les jeunes adultes et les enfants. Les traitements médicamenteux permettent de maintenir un quotidien satisfaisant pour les patients mais les périodes de crises peuvent être très violentes et nécessiter parfois une hospitalisation.


De nouvelles recherches étudient la place de l’alimentation dans la prise en charge de ces maladies et l’utilisation de probiotiques pourrait s’avérer efficace dans l’atténuation des symptômes.

4 vues

Posts récents

Voir tout

© 2020 Cabinet d'ostéopathie de Virgil RENOU - Tous droits réservés -  Mentions légales - CGV